Recent post

La femme en forme, ou comment sculpter son corps.

 

Gare aux hydrates de carbone, ou comment l’utiliser ?

 

 

Lorsqu’une femme décide de se mettre à la diète pour se débarrasser des kilos importuns, la première chose qu’elle fait c’est éliminer tous les aliments riches en graisse. Bravo ! C’est une très bonne idée, c’est le bon chemin. Et cependant … souvent elle ne parvient pas à se défaire de tout ce poids superflu.

C’est votre problème, votre souci, votre tracas, chère lectrice ? Les coupables ne seraient-ils les hydrates de carbone ?

 

Les modes surgissent et disparaissent constamment. Rien de plus fugace, de plus éphémère, surtout dans le domaine du fitness. Avec le nombre toujours croissant de femmes qui le pratiquent et la prise de conscience toujours plus généralisée des bienfaits de l’exercice physique régulier et d’une nutrition salutaire, les diètes à la mode se succèdent à une vitesse vertigineuse.

Avec une détermination croissante, la femme d’aujourd’hui veut se sculpter un beau corps, c’est-à-dire un physique svelte et libre de graisse. Bien que pour ce faire l’exercice soit indispensable, la clé de l’ensemble est l’alimentation, raison pour laquelle les femmes sont plutôt enclines à tomber dans les pièges du derniers cri en nutrition.

Un des régimes alimentaires qui redeviennent à la mode est la diète pauvre en hydrates de carbone. Tout le monde en parlait il y a quelques années, puis elle tomba tout à coup dans l’oubli. En fait, bon nombre de Bodybuilders des années 70 et 80 séchaient avec elle et, actuellement beaucoup d’entre eux la suivent avec un succès indéniable. Pour les femmes, le fait d’avoir à réduire les hydrates de carbone peut être quelque peu contradictoire, voire même suspect, étant donné qu’en même temps on leur répète partout que, quand on fait de l’exercice les hydrates de carbone en quantités industrielles sont indispensables. Que penser ? C’est encore une mode absurde, ou est-ce que ça vaut vraiment le coup d’être essayé ?

Bref : lorsqu’on fait régulièrement de l’exercice, doit-on consommer peu ou beaucoup d’hydrates de carbone ?

 

Le principe

Pour de multiples raisons, la méthode la plus efficace pour perdre du poids peut être la réduction des hydrates de carbone. Premièrement, parce que tout surplus sera accumulé sous forme de graisse. On consomme beaucoup d’hydrates de carbone et, à moins d’être physiquement très actif, les excédents se transforment en dépôts de tissu gras et là, la prise de poids est inévitable. Si cela se répète souvent, bonjour la ligne ! Les hommes de science le confirment : « Si l’ingestion d’hydrates de carbone est fréquente et excessive, l’organisme ne sera plus capable de les transformer tous en glycogène et sera obligé de les métaboliser par la voie lipogène ».

Cela veut dire que notre corps ne peut emmagasiner qu’une certaine quantité du glycogène provenant des hydrates de carbone. Tout surplus de glucides devient inévitablement du tissu adipeux. 

Nul doute pour s’entraîner à fond, on a besoin du glycogène musculaire et, d’autre  part, quand on a développé un physique bien musclé, la consommation de cette substance est d’autant plus importante. Seulement, pour pouvoir se permettre de manger de grandes quantités d’hydrates de carbone, l’entraînement doit être très fréquent et d’une grande dureté.

Certes, les femmes sont mieux informées que jamais sur la nutrition. Elles sont consciente de fait qu’elles doivent supprimer la graisse, et cependant très peu d’entre elles savent qu’un excès d’hydrates de carbone équivaut à ingérer de la graisse. Elles se laissent prendre au piège de la publicité et achètent des yaourts ou autres produits laitiers écrémés, convaincues qu’elles voudront sans le moindre danger pour leur ligne. Elles ne se rendent pas compte, hélas, qu’en règle générale ces délicieux, puisque sucrés, produits (parfum fraise, banane, etc.) ont une effarante  teneur en hydrates de carbone simples. Résultat : une rapide et bien décourageante prise de poids.

La diète pauvre en hydrates de carbone évite non seulement la formation de graisse, mais elle amène également l’organisme à en brûler les dépôts déjà existants pour générer de l’énergie.

 

Réduisez !

Les diètes conventionnelles préconisent 60% de hydrates de carbone, 30% de protéines et 10% de graisse. Toutefois, de nombreuses personnes soucieuses de leur santé, ainsi que des sportifs, se déclarent incapables de faire face à une telle quantité d’hydrates de carbone sans devenir gras. Par conséquent, ils les réduisent.

Faites-le vous aussi, mais graduellement et tout en augmentant votre consommation de protéines et de graisse. Par là, nous entendons bien sûr les graisses salutaires, comme l’huile d’olive ou les acides gras Oméga 3 du poisson, par exemple. Réduisez les hydrates de carbone, mais en aucun cas au-delà de 30% du niveau calorique quotidien requis.

 

Les hydrates de carbone bons et la fibre.

Tous les hydrates de carbone ne sont pas pareils. Éliminez-en une partie, mais procédez d’une manière sélective : évitez les hydrates de carbone simples, c’est-à-dire, ceux du sucre, des gâteux, de toute pâtisserie. Soyez frugale avec les féculents contenus dans le pain, les pâtes et le riz et faites attention aux fruits, surtout à ceux qui sont très sucrés, très mûrs : raisins, figues, bananes, mangues, etc.

Substituez les hydrates de carbone riches en fibres, toutes les potagères à ceux qui le sont en calories, tout particulièrement à ceux qui sont simples et contiennent de la levure, tels le pain et les viennoiseries. Vous pourrez grâce à la fibre altérer votre régime alimentaire sans rester sur votre faim chaque fois que vous vous mettrez à table. Étant très riches en fibre, ces hydrates de carbone contiennent très peu de calories et beaucoup de vitamines, minéraux et autres fito nutriments. 

Exemples : la citrouille, les choux, les tomates, le céleri, les petits-poids, les flocons d’avoine et les fruits.

 

Le bon sens.

Je le répète sans cesse : quand il s’agit de nutrition, agissez avec du bon sens ! Une diète pauvre en hydrates de carbone ne veut bien sûr pas dire zéro pour cent ! Si vous n’en consommez pas du tout, vous attraperez probablement une cétose, c’est-à-dire que votre organisme aura recours à sa propre musculature pour en extraire l’énergie dont il a besoin. Cela signifie la perte du tissu musculaire maigre que vous avez gagné à la sueur de votre front et, par conséquent, le ralentissement du métabolisme, ce qui à son tour, vous amènera à la prise de lipides. Réduisez donc les hydrates de carbone, faites un repas avant et juste après l’entrainement. Pour construire des muscles, il vous faudra leur apporter de l’énergie avant pour le travail en salle et après pour remplir votre réserve, exception faite de l’exercice aérobique ou cardio. Lors de ce dernier, pas d’hydrates de carbone. Vous éliminerez du tissu gras plus facilement.

Si vous tenez compte de mes conseils, la diète pauvre en hydrates de carbone sera pour vous la clé qui vous permettra de vous défaire des lipides superflus. Je vous propose cependant de ne pas l’appliquer jour après jour, tout au long de l’année. Suivez-la jusqu’à ce que vous ayez atteint le poids idéal et ensuite, seulement par cycles de plusieurs semaines ; un mois, suivi d’un arrêt de quinze jours, voire seulement de lundi à vendredi. La diète pauvre en hydrates de carbone n’est pas tout simplement une mode comme n’importe qu’elle autre, mais un sytème d’amincissement qui n’a plus à faire ses preuves. Si vous le suivez judicieusement, il fera des merveilles avec votre physique.

 

Exemple pour la diète pauvre en hydrates de carbone.

 

  • Petit déjeuner : 3 oeufs brouillés ou à la coque, 1 tranche de pain complet, 1 fruit (pomme)

  • Dans le courant de la matinée : 1 yaourt à 0% MG, sans sucre.

  • Déjeuner : 1 boite de thon au naturel et de la salade (laitue, brocoli, céleri, carottes, concombre, etc...)

  • Après-midi : 1 fruit (pomme, poire)

  • Dîner : du poisson, du blanc de poulet cuit vapeur ou au four et des légumes à la vapeur aux choix, 1 yaourt nature.

 

 

* Dans notre prochain article, je vous parlerais de "la femme et la culture physique"

Please reload

Please reload