• ifbbtahiti@press.commission

Qu'est-ce que la goutte ?



Maladie inflammatoire, elle est assimilable à une arthrite, très douloureuse…Les articulations enflent et deviennent chaudes et rouge violacé.

Elle est surtout fameuse à cause de ses "crises de goutte". Son origine ? L'acide urique. Un déchet de notre métabolisme, plus précisément celui des purines, présentes naturellement dans les aliments, notamment la viande; d'où cette assimilation entre goutte et excès de viande. En temps ordinaire l'acide urique circule dans le sang dans lequel il se solubilise, avant d'être filtré par les reins et éliminé par l'urine. Oui mais, quand sa concentration devient trop importante, il devient insoluble.


"Habituellement, l'acide urique se présente sous forme de sel soluble (urate) dans le sang. Lorsque son taux s'élève trop, l'acide urique en excès devient insoluble. Des cristaux d'urate de sodium se déposent alors dans les articulations (éventuelle crise de goutte) et dans les reins (éventuels calculs dans les voies urinaires)", explique le Pr Thomas Bardin (Paris, Lariboisière).

On a alors un excès d'acide urique (hyper-uricémie) qui se cristallise. Et les cristaux de se déposer dans les articulations. Une fois déposé, ces cristaux sont repérés par les défenses immunitaires, lesquelles déclenchent une inflammation, engendrant des douleurs vives, un gonflement, une rougeur et une petite apparition de chaleur; symptômes classiques d'une réaction inflammatoire. Elles apparaissent surtout la nuit ou au petit matin et peuvent s'accompagner d'une fièvre passagère.


Précision importante : un taux sanguin élevé d'acide urique ne va forcément évoluer en symptômes et déclencher une crise de goutte. Mais le risque augmente … comme à chaque fois. En gros, l'hyperuricémie n'est pas une pathologie.

Généralement, les crises sont passagères et ponctuelles. Mais la goutte peut s'installer en phase chronique. Les crises se répètent, deviennent plus fréquentes, plus fortes et touchent de plus en plus d'articulations.

Et là cela peut devenir plus dangereux :


"Si la phase chronique s'installe, en général, après une dizaine d'années d'évolution, cette dernière peut conduire à des complications graves (destruction articulaire et osseuse, risques d'insuffisance rénale ou problèmes cardio-vasculaires) et nécessite donc un traitement de fond adapté, associé au début à de la colchicine orale et/ou des anti-inflammatoires, pour une durée de 3 à 6 mois", précise le Pr René-Marc Flipo (CHU de Lille).

Altération des articulations, atteintes d'autres organes et formation possible de tophi (pluriel de tophus, hommage aux cours de latin …) : des masses friables d'acide urique jaune blanchâtre sous la peau , qui peuvent devenir ulcérants en traversant cette dernière (doigts, orteils, partie arrière des coudes, des talons et partie externe de l'oreille).


Quelle est l'origine de ce rhumatisme ?

Complexe car variée … on ne peut savoir avec précision ce qui déclenchera la maladie chez untel et pas chez l'autre.

On parle donc plutôt de facteurs favorisants :

  • le régime alimentaire

  • la consommation d'alcool

  • des facteurs héréditaires

  • le surpoids ou l'obésité

  • le diabète

  • la prise de certains médicaments (traitements diurétiques)

  • suites d'une maladie rénale

  • chez les femmes, la ménopause

Autant de facteurs de risque qui prédisposent à l'apparition de la goutte.


Comment traiter la douleur ?

Si une crise de goutte survient, elle peut durer de 3 à 10 jours avant de disparaître d'elle même. À moins d'être capable de supporter la douleur il vaut mieux aller consulter ! Et de faire attention à ne pas se prendre une infection secondaire …

  • D'abord il faut mettre au repos l'articulation, en évitant le contact d'un drap avec la zone douloureuse à l'aide d'un arceau par exemple.

  • Ensuite boire beaucoup : de l'eau ! on évite l'alcool… et manger très léger : légumes mais pas de viandes ni de graisses animales (voir prévention).

Le traitement médicamenteux intervient pour calmer les crises aiguës.

  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens type Ibuprofène, mais pas d'aspirine, déconseillé.

  • Il est possible d'utiliser la colchicine, mais elle présente des problèmes d'intolérance (diarrhées) selon les doses. Elle reste cependant le traitement médicamenteux le plus efficace.

  • De même, un traitement à base de corticoïdes (cortisone) est rarement prescrit car elle induit des rechutes en fin de traitement. Mais il reste envisageable selon les cas.

  • En cas de goutte chronique, il faut utiliser des molécules permettant de diminuer les concentrations sanguines d'acide urique et d'éviter ses dépôts; mais il sera pris à vie …

  • Ex : Allopurinol, Febuxostat …

Vous pouvez choisir un traitement naturel dit de grand-mère.

  • L'utilisation d'huiles essentielles : la gaulthérie (riche apparemment en salicylate de méthyle aux vertus anti-inflammatoires avérés), menthe poivrée, arnica, eucalyptus citronné, lentisque, etc. Mais là je ne suis pas spécialiste !

  • La phytothérapie et les remèdes naturels (en tisanes ou gélules) : feuilles d'ortie, bouleau, frêne, physalis, citron et miel de bruyère, ail, eau de cuisson de pomme de terre, jus de cerises (riche en vitamine C qui réduirait la quantité d'acide urique dans le sang), vinaigre de cidre, curcuma, jus de céleri - bref toute une panoplie et un tas de recettes sur Internet sont disponibles.

Prévention ?

Adapter un régime alimentaire "sain" permet de prévenir la goutte lorsque la première crise surgit.

Il faut limiter les aliments catalyseurs qui augmentent le taux d'acide urique sanguin, c'est à dire ceux riches en purine : charcuterie, abats (rognons et foie), crustacé, sauces, poissons gras, viande rouges et certains légumes comme les asperges par exemple.

Il faut fortement réduire la consommation de sucres : les études ont montré que des taux d'insuline élevés dans le sang font grimper en parallèle ceux d'acide urique. On bannit le sirop de glucose-fructose …et les aliments riches en fructose.

Bien sur ne pas consommer d'alcool, notamment la bière, dont l'orge est riche en purines. Et boire beaucoup d'eau (des témoignages relatent plus de 2 litres par jour …

Il faut au contraire favoriser les aliments riches en protéines végétales (fruits légumes, céréales tirées du blé) et privilégier les laitages sans MG.

Contrôler son poids et faire une activité physique régulière !


Pour résumer :







Recent post

  • Google+ Long Shadow
  • Facebook Social Icon
  • YouTube Long Shadow

© 2015 IFBB TAHITI Mag  Fitness Network  Proudly created with www.ifbbtahiti-mag.com