top of page
  • Photo du rédacteurJerry Yeung Préparateur Physique-Diplômé BEES-1 depuis 1998

La préparation physique.



Depuis le début de ma profession, je parle souvent de renforcement musculaire, de préparation physique générale, de sensibiliser le plus possible les néo-pratiquants et même ceux qui ont toujours négliger cette étape.

Sans pour autant souhaiter devenir élite ou bien exploser des chronos, il est important de prendre en considération le fait de se préparer de façon adaptée pour plusieurs raisons.

Plus tes objectifs seront importants, plus le temps et la qualité que tu devras impartir à ta préparation physique le sera aussi.



Quelles sont donc réellement les raisons de prendre en compte une telle étape qui n’a pas forcément un lien avec ta discipline ?

Quel est le rôle du préparateur physique ? Je vais passer tout cela en revu dans ce post afin d’y voir plus clair.


LA PRÉPARATION PHYSIQUE C’EST QUOI ?

La préparation physique va comprendre toutes les périodes où le préparateur physique prendra en charge un ou des sportifs dans le but de les mettre en condition pour affronter et surmonter toutes les difficultés, auxquelles ils seraient susceptibles de faire face dans leur discipline.

Pour cela, plusieurs outils seront mis à disposition comme le renforcement qui comprend la musculation, gainage, la proprioception, etc ... On peut aussi y inclure les étirements, la mobilité et bien sûr toutes les phases de repos.


LE RÔLE DE PRÉPARATEUR PHYSIQUE.

Le préparateur physique est une personne à la base formée pour intervenir dans n’importe quel sport. Il lui appartient de s’investir dans la discipline dans laquelle il travaillera pour analyser les besoins de l’athlète et cerner quelles sont les qualités nécessaires à travailler pour qu’il puisse s’améliorer, performer mais aussi se préserver.

Il n’est pas forcément nécessaire de pratiquer la discipline pour accomplir cette mission, néanmoins et d’un point de vue purement personnel, je me tiens à dire que la théorie n’est pas la seule et unique base de mis en œuvre. En effet, la pratique conjuguée à la connaissance emmagasinée apportent son lot d’information qui ne peut être négligées dans l’élaboration d’une préparation physique.

J’ai commencé mes premières compétitions en 1984 pour le Karaté, 1986 par du handball, finir sur du Bodybuilding en 1990 et je peux dire que la découverte se faisait très timidement à raison de 3 - 4 jours d'entraînement dans la semaine.

Au fil des mois, j’emmagasinais progressivement des informations tout en les analysant et en les mettant en pratique sur terrain. Aussi bien les progrès accomplis que les erreurs commises m’ont divulgué et fait prendre conscience de certaines subtilités que je n’aurais pu saisir en ne détenant que de la théorie en poche.

C’est quelque part pour cette raison que j’ai passé mon diplôme de préparateur physique. Une sorte de journal de bord dans lequel je partage mon expérience professionnelle et ma pratique au fil de son évolution.

L’approche de la préparation physique a connu un essor incroyable depuis l’obtention de mon diplôme en 1998. Elle a évolué à tel point que certaines théories ou pratiques ont été remises en question voire abandonnées, et tout cela grâce aux études dans le domaine du sport qui sont de plus en plus nombreuses, variées mais surtout accessibles beaucoup plus facilement aujourd’hui grâce au web.

Nous reviendrons d’ailleurs sur ce point un peu plus loin.

 

DIFFÉRENCE ENTRE ENTRAINEUR D’UNE DISCIPLINE ET PRÉPARATEUR PHYSIQUE.

On peut souvent faire l’amalgame entre le préparateur physique et l’entraineur d’une discipline, mais les deux entités ont bien une fonction différente.

Le premier comme je l’explique précédemment, va tout d’abord analyser le sport concerné, afin de connaître quels sont les enjeux métaboliques, mécaniques etc … pour par la suite évaluer l’athlète, cerner ses points forts et ses points faibles puis les travailler.

Tout cela s’effectue bien évidemment en étroite collaboration avec l’entraineur.

Ce dernier, récupèrera un sportif prêt à encaisser les charges d’entrainement imposées pour chercher l’optimisation de ses compétences spécifiques tout en les développant.

L’entraineur a un rôle d’encadrant totalement focalisé sur la discipline et peut faire part d’éventuels points faibles à travailler au préparateur physique.

Enfin pour terminer, il n’est pas exclu que prochainement, ces deux entités soient unifiées.

En effet de plus en plus d’athlètes de haut niveau à la retraite ou bien amateurs se forment pour devenir entraineur et mêlent en même temps ou par la suite un cursus de préparateur physique. Même si plus tard, les deux activités ne seront pas exercées simultanément, n’en demeurera pas moins une expertise plus pointue.

Par exemple un entraineur pourra cibler ou localiser avec plus de précision les points faibles à travailler sur l’athlète.

 

LA RÉ-ATHLÉTISATION.

Le préparateur physique va aussi intervenir dans la ré-athlétisation d’un sportif lorsqu’il revient de blessure ou après une longue période d’arrêt.

Si nous prenons le premier exemple, la collaboration avec les professionnels de la santé devra se faire étroitement pour obtenir les consignes indispensables à une reprise adaptée et progressive.

Sans cette aide, il serait impossible et formellement dangereux d’avancer à l’aveugle en se basant sur de simples suppositions.

Comme j’ai souvent tendance à le répéter dans mes articles ou dans les commentaires lorsqu’il s’agit de pathologie, je ne peux donner des conseils que s’il y a eu consultation de professionnel de la santé au préalable.

Sans cela tu ne me verras jamais avancé un quelconque diagnostic ou un protocole à suivre qui ne relève pas de ma spécialité.

Chacun la sienne et c’est pour cette raison que je fais appel à des spécialistes de la forme comme mon mentor Mr René Même Préparateur Physique de Haut-Niveau.


INTERACTIONS DU PRÉPARATEUR PHYSIQUE AVEC LES AUTRES ACTEURS.

Pour résumer le rôle du préparateur physique aujourd’hui, on peut simplement dire qu’il est au cœur d’un système d’interactions multiples avec d’autres spécialités qui sont toutes au service de l’athlète comme le montre l’illustration.

Bien sûr, en tant que préparateur, tu as rarement affaire à cet écosystème qui se limite souvent à toi-même. Tu seras confronté généralement au métier de la santé lorsque tu te blesses, ou peut-être que tu as déjà l’opportunité de pratiquer avec un entraineur en club … mais il est plus difficile de trouver un préparateur physique te permettant de cibler et travailler ce dont tu as réellement besoin pour compenser tes points faibles.

Sans tomber dans l’extrême, je trouve qu’il est important de s’éduquer un minimum sur le sujet lorsque l’on pratique un sport régulièrement, à raison de plusieurs fois par semaine.

Je constate malheureusement que de plus en plus de personnes se lancent dans une activité soit frénétiquement, plus motivées que jamais en commettant l’erreur d’une surcharge d’entrainement les premières semaines.

Soit décident du jour au lendemain de relever un challenge important qui mérite une méthodologie et une charge d’entrainement appropriées mais le tout est très souvent mal planifiée.

Ces deux cas de figure que je viens juste de citer conduisent fréquemment et généralement vers la blessure.


LA SCIENCE EXACTE N’EXISTE PAS DANS LE SPORT.

Une phrase que j’aime aussi à répéter et que tu peux retrouver en introduction dans la présentation www.ifbbtahiti-mag.com, c’est que "la science exacte n’existe pas dans le sport". Il faut entendre par là que malgré certaines théories qui sont largement vérifiées sur le terrain et qui sont utilisées tous les jours, il en reste d’autres que l’on peut et que l’on se doit de remettre en question.

Grâce aux études qui se sont multipliées et diversifiées ces dernières années dans le sport, certaines méthodologies d’entrainement ont évolué, alors que d’autres ont pu voir le jour et se sont popularisées au point d’en devenir quasiment une référence dans la préparation.

Le CrossFit par exemple est une discipline qui requiert de la force pure avec tout ce que cela implique et notamment des mouvements d’haltérophilie, mais elle va de même, développer l’endurance musculaire et la VO2max, paramètres non négligeable dans certaines disciplines.

Il y a encore quelques décennies de cela, la musculation dans les sports d’endurance occupait une place minime voire inexistante dans une planification d’entrainement. Aujourd’hui nous savons pertinemment que l’un ne va pas s’en l’autre.


CONCLUSION.

Tu en sais désormais un peu plus sur le rôle concret d’un préparateur physique. Même si tu t’en doutais, j’espère que tu as appris néanmoins quelques nuances supplémentaires qui t’aideront à comprendre l’importance de cette spécialité.

Elle prend une place de plus en plus conséquente dans la préparation d’un athlète dans le but de le rendre performant et de le préserver physiquement sur le long terme. Enfin pour conclure, il est important que l’athlète évolue dans des conditions psychologiques optimales, sans quoi le travail fourni ne serait peut être pas à la hauteur du rendement escompté.

C’est pour cela que le préparateur physique ainsi que tous les autres encadrants doivent rester à l’écoute et comprendre aussi bien les besoins physiques que les besoins psychologiques qui les accompagnent.


En espérant que ceci vous aidera ... Parlez-en avec votre préparateur physique.




Jerry YEUNG

Préparateur Physique "The Gym Tahiti"

Diplômé d'Etat BEES-1 Métiers de la Forme depuis 1998

IFBB Academy Certified Advanced Bodybuilding & Fitness Trainer

Certified Trainer Institut Culture Physique Weider

Plusieurs fois titrés IFBB en Bodybuilding National et International

IFBB Tahiti Head Judge and International


14 vues

Posts similaires

Voir tout
bottom of page