• Jerry Yeung Préparateur Physique depuis 1998

L'épuisement, comment l'éviter !


Éviter l'épuisement - IFBB Tahiti Magazine
Une motivation excessive peut se retourner contre vous. Abordez votre entraînement avec bon sens et réalisme.

Vous êtes prêt à pousser la fonte et à améliorer votre condition cardio-vasculaire et vous êtes enthousiaste à l'idée d'atteindre vos objectifs de développement musculaire. Vous êtes très motivé(e) pour vous entraîner et peut-être même impatient(e) de commencer.

Vous avez probablement lu plusieurs articles de IFBB Tahiti Magazine et le nombre d'exercices de bodybuilding et d'activités aérobiques vous semble illimité. Vous voulez tout faire et vous n'avez pas peur de vous donner à 100% car vous êtes déterminé(e) à vous sculpter ce corps dont vous rêvez, coûte que coûte.


Prenez donc un moment pour analyser tout cela. Est-ce que vous voyez ce qui se passe ? Ce sont là uniquement des pensées et des émotions. Ce qu'en fin de compte vous allez imposer à votre corps est, de toute évidence, précédé d'une démarche de ce type. En d'autres termes, c'est votre esprit qui amène votre corps à agir. Considérez les choses sous l'angle suivant : votre esprit est le centre de contrôle de votre corps et toute pensée que vous aurez, agira sur lui.




À première vue, toutes ces envies de réussir à la salle sont positives et souhaitables. Et vous avez raison ... jusqu'à un certain point. Mais une motivation excessive peut se retourner contre vous et vous finirez par en subir le contrecoup : c'est là que ces pectoraux massifs ou ces cuisses galbées ne seront rien d'autre, que ce qu'ils sont maintenant, à savoir, un rêve ! Je sais ce que vous êtes certainement en train de penser :

" Voyons ! Quel mal peut-il y avoir à être motivé(e) ? Vous n'auriez pas pris une charge sur la tête, par

hasard ? " Écoutez-moi donc jusqu'au bout.


Pour vous, débutant(e), le bodybuilding est une pratique nouvelle et palpitante et vous avez une multitude de façons d'atteindre vos objectifs particuliers de condition physique. Mais le problème est que, si votre esprit semble déborder de sentiments positifs vis-à-vis de cette activité, il y a néanmoins une limite à ce que votre corps peut supporter. Sur le plan physiologique, vous devez considérer que l'entraînement est une forme de stress infligé au corps : celui-ci s'y adaptera favorablement en devenant plus musclé, plus fort et plus souple mais à condition que ce stress ne soit pas démesuré et que votre récupération entre chaque séance soit suffisante. Sinon, vous ne progresserez pas et vous risquez même de vous blesser. C'est à ce niveau que toutes ces émotions positives peuvent poser problème. Parce que vous êtes tellement motivé(e) et emballé(e), vous finissez par vous entraîner avec une intensité à laquelle votre corps n'est pas en mesure de faire face.


Vous ne tardez pas à plafonner : alors, vous ne gagnerez plus ni muscle, ni force et vous ne perdrez plus de tissu adipeux. Mais comme vous vous investissez avec fougue, vous risquez d'imaginer que vous ne vous entraînez pas assez dur et que vous n'êtes pas aussi motivé(e) que vous devriez l'être. En fin de compte, vous faites exactement ce qu'il ne faut pas faire : vous vous entraînez avec plus d'acharnement.

À ce moment-là, trois choses se produiront :

1 ) Vous ne progressez toujours pas, 2 ) Vous finirez par vous blesser ou 3 ) Vous abandonnerez parce que vous n'aurez obtenu aucun résultat.


Avoir le sens des réalités

Vous pouvez sortir de ce cercle vicieux en reconnaissant que votre engouement peut pousser votre corps au-delà de ses capacités. De même qu'il faut modérer votre entraînement pour éviter le surentraînement, vous devez aborder votre pratique sportive de manière sensée et avec un certain réalisme. Laissez parler votre intuition et voyez quelles réponses vous allez donner aux questions suivantes :

  • Jusqu'à quel point dois-je être motivé(e) pour atteindre mon objectif ?

  • Si ma motivation est plus forte que cela, atteindrai-je mon objectif plus rapidement ?

  • Suis-je capable de forcer mon corps à réagir plus vite qu'il ne peut le faire sur le plan biologique ?

  • Est-ce que "encore plus" signifie "mieux" ?

  • Le repos est-il nécessaire pour progresser ?

  • Si je m'arrête quelques jours, est-ce que je vais perdre tout ce que j'ai gagné ?

On pourrait multiplier les questions mais la réponse à chacune d'entre elles semble plutôt évidente. Il faut donc aborder le côté physique et le côté psychologique de votre nouveau sport avec une pondération qui s'appuie sur une attitude réaliste. Lisez attentivement les articles destinés aux débutant(e)s dans IFBB Tahiti Magazine et pensez aussi à mettre en pratique les réflexions qui précèdent.

Ainsi, vous mettrez toutes les chances de votre côté pour réussir dans la voie du bodybuilding.


Fixer des objectifs

La psychologie du sport nous apprend que - quand on établit des objectifs - il faut prendre en compte plusieurs composantes et si on en néglige une, on réduit la probabilité de réalisation du but qu'on s'est fixé. Néanmoins, je ne conseillerais pas obligatoirement à un(e) débutant(e) de se préoccuper de tous les éléments à la fois mais voici ceux que je sélectionnerais en priorité : bien qu'une visée à long terme soit indispensable, elle ne doit pas vous enliser.

Pour l'essentiel, elle est encore lointaine. Concentrez-vous sur des objectifs à court terme, comme apprendre la bonne technique d'exécution. Procédez de manière progressive et prenez plaisir à vous améliorer dans la réalisation des exercices plus complexes. Au fur et à mesure que vous les maîtriserez mieux, vous vous rendrez compte que vous êtes, beaucoup plus fort(e).


La confiance en soi

Cherchez à préserver cette confiance en vos capacités à atteindre vos objectifs de développement musculaire : il peut être utile de mettre au point une stratégie pour vos entraînements. Quand vous travaillez une technique particulière, créez-en aussi une image mentale. Visualisez-vous en train d'exécuter les nouveaux exercices avec une forme parfaite et utiliser un renforcement verbal positif pour ancrer la préparation mentale.

Cherchez d'abord à saisir les raisons pour lesquelles vous devriez faire certaines choses : cela veut dire qu'il ne faut pas se contenter de parcourir les encadrés dans cet articles.

Pénétrez-vous des articles eux-mêmes pour bien comprendre pourquoi je vous conseille de vous entraîner de telle ou telle manière.


L'engagement

Vous êtes, à présent, très engagé(e) dans votre entraînement et le secret est de conserver cette attitude et de bien la doser pour qu'au bout du compte, elle n'ait pas un effet néfaste sur vous.

Ne penser qu'à l'entraînement est non seulement inutile, mais peut nuire à d'autres aspects de votre vie et ne vous permettra certainement pas d'atteindre vos objectifs plus rapidement.

Pour éviter cet "épuisement prématuré", votre investissement personnel (physique et mental) dans votre entraînement devra se limiter aux moments où il est nécessaire, c,-à-d., environ une heure avant votre séance et pendant celle-ci.

Vous pourriez également pratiquer des exercices de relaxation mentale pour vous aider à clarifier vos idées ou simplement trouver d'autres activités auxquelles vous pouvez vous consacrer quand vous ne vous entraînez pas.

Ne vous mettez pas martel en tête et ayez une approche réaliste. Votre vie ne devrait jamais être centrée sur une seule activité, même si c'est le bodybuilding.





Jerry YEUNG

Préparateur Physique "The Gym Tahiti"

Diplômé d'Etat BEES-1 Métiers de la Forme depuis 1998

IFBB Certified Advanced Bodybuilding & Fitness Trainer

Certified Trainer Institut Culture Physique Weider

Plusieurs fois Champion IFBB en Bodybuilding National et International

IFBB International Judge


17 vues

Posts similaires

Voir tout