• Yeung Jerry - Préparateur Physique diplômé d'Etat BEES-1 depuis 1998

Absorption et digestion des protéines ?



La supplémentation protéique du fait des dépistages réglementaires, devient de force le seul élément valable et souhaitable afin d'aider efficacement le sportif à atteindre un niveau de développement nécessaire. Une protéine est une molécule complexe, lourde, composée de nombreux acides aminés attachés les uns aux autres.

Une fois ingérée par la voie orale, la protéine, pour passer la barrière intestinale, doit obligatoirement être dégradée en acides aminés.



Le premier point est donc clair, celui de la nécessité d'ingérer des acides aminés de shunter la première étape de la digestion, celle de la dégradation des protéines en acides aminés par une peptidase membranaire intestinale.

Les acides aminés, pour pouvoir se trouver dans le sang, doivent donc passer cette barrière constituée de cellules : les entérocytes.


Ainsi, ils ont donc les deux pôles de la cellule, le pôle basal et le pôle apital. Ce passage est effectué au moyen de transporteurs qui captent l'acide aminé intéressé à un pôle de la cellule et le libère à l'autre.

Ces transporteurs nécessitent la présence dans le milieu de sodium afin de fonctionner et ceci, en n'acceptant sur la forme acide aminé.

Ce mécanisme met donc en jeu un transporteur couplé AA-NA-T, en inter relation avec une pompe sodium potassium ATPase qui fournit l'énergie. D'où le deuxième élément, gain de sodium intracellulaire et gain de potassium intraluminal.


L'absorption correcte peut être facilitée par l'adjonction de sodium et, en cas de supplémentation protéique importante, de potassium afin de couvrir les pertes. Ce passage membranaire répond à de nombreux critères.

En premier lieu, 70 à 90% des acides aminés ingérés sont absorbés avec un besoin quotidien minimal de 65 g chez l'homme et 55 g chez la femme. Soit 0,9 gramme par kilo de poids multiplié par deux. Cette absorption est maximale au niveau de la partie discale de l'intestin grêle.

Selon la nature des acides aminés, l'absorption n'est pas identique.

En effet, la digestion intraluminale est facile pour :

  • les acides aminés basiques (Arginine et Lysine)

  • les acides aminés neutres (Valine, Phénylalanine, Tyrosine, Méthionine, Leucine)

Les autres sont absorbés sous forme de Di ou Tri-peptides et nécessitent donc une hydrolyse intracellulaire afin de trouver la forme initiale d'acides aminés.

La mise en place du transporteur membranaire n'est pas aussi simple qu'il y paraît, c'est pourquoi quelques variations et précisions sont à apporter.

  • POUR LES ACIDES AMINÉS NEUTRES

Du fait de la co-existence d'un transporteur unique, il existe une inhibition réciproque et compétitive entre les acides aminés du même groupe soit : Alanine, Série, Méthionine, Isoleucine, Leucine, Valine, Phénylalanine, Aspargine, Histidine, Citruline.

  • POUR LES ACIDES AMINÉS BASIQUES

Un transport aussi unique, mais d'activité dix fois moindre que précédemment, ceci pour la Lysine, l'Arginine, l'Ornithine et la Cystine (acide aminé neutre).

  • POUR LA PROLINE, L'HYDROXY-PROLINE, LA GLYCINE

Le transporteur mis en cause est lui indépendant du sodium. La dernière notion est la possibilité d'inhibition réciproque par les glucides, du fait de la structure du transporteur acceptant les glucides (T = OSE-AA-NA).

Le passage du pôle apical cellulaire se fait passivement, les acides aminés se retrouvent dans le sang où ils sont re-synthétisés en protéines, passent ensuite au niveau de la circulation portale hépatique (effet de premier passage hépatique).

Une certaine partie seulement atteint alors la fibre musculaire et se stocke sous forme de réserve.


Il devient donc clair qu'une supplémentation protéique, afin d'être efficace, doit répondre à de nombreux critères physiologiques. Il ne faut pas ingérer des quantités indéterminées de protéines plus ou moins bien purifiées n'importe comment et n'importe quand.

Cette supplémentation dépend :

- du travail musculaire effectué

- du poids du sujet

- de son alimentation basale journalière.


La clé du succès réside en une rationalisation des apports par rapport aux besoins.




Jerry YEUNG

Préparateur Physique "The Gym Tahiti"

Diplômé d'Etat BEES-1 Métiers de la Forme depuis 1998

IFBB Certified Advanced Bodybuilding & Fitness Trainer

Certified Trainer Institut Culture Physique Weider

IFBB International Judge

Plusieurs fois Champion IFBB en Bodybuilding National et International


16 vues

Posts similaires

Voir tout