• ifbbtahiti@press.commission

Est-ce dangereux de consommer trop de protéines ?

Une haute consommation de protéines peut causer du tort aux personnes qui ont déjà une maladie des reins.

De façon plus longue :

La consommation de grandes quantités de n'importe quel nutriment pendant une longue période de temps comporte généralement des risques, comme c'est le cas pour les protéines.

La surconsommation peut entraîner un risque accru de certaines complications de santé, selon la recherche.

Il y a des avantages potentiels à une alimentation riche en protéines pour les personnes en bonne santé. Cependant, il est important de comprendre les problèmes de santé liés à l'excès de protéines dans l'organisme, surtout si vous suivez un régime trop riche en protéines pendant une période prolongée.

Gain de poids :

Les régimes à haute teneur en protéines peuvent promouvoir la perte de poids, mais ce type de perte de poids n'est peut-être qu'à court terme.

L'excès de protéines consommées est généralement stocké sous forme de graisse, tandis que l'excédent d'acides aminés est excrété. Cela peut entraîner un gain de poids avec le temps, surtout si vous consommez trop de calories tout en essayant d'augmenter votre apport en protéines.

Une étude réalisée en 2016 a révélé que le gain de poids était associé de façon significative aux régimes où les protéines remplaçaient les glucides, mais pas aux régimes où elles remplaçaient les matières grasses.

Mauvaise haleine :

Manger de grandes quantités de protéines peut entraîner une mauvaise haleine, surtout si vous limitez votre apport en glucides.

Dans un registre plus ancien, 40 % des participants ont déclaré avoir mauvaise haleine. Cela pourrait s'expliquer en partie par le fait que votre corps entre dans un état métabolique appelé cétose, qui produit des produits chimiques dégageant une odeur désagréable de fruits.

Se brosser les dents et passer la soie dentaire n'éliminera pas l'odeur. Vous pouvez doubler votre consommation d'eau, vous brosser les dents plus souvent et mâcher de la gomme à mâcher pour contrer certains de ces effets.

Constipation :

Dans la même étude, 44 % des participants ont signalé de la constipation. Les régimes riches en protéines qui limitent les glucides sont généralement pauvres en fibres.

Augmenter votre consommation d'eau et de fibres peut aider à prévenir la constipation. Il peut être utile de suivre vos selles.

Diarrhée :

Manger trop de produits laitiers ou d'aliments transformés, associés à un manque de fibres, peut causer la diarrhée. C'est particulièrement vrai si vous avez une intolérance au lactose ou si vous consommez des sources de protéines comme de la viande, du poisson et de la volaille frits. Mangez plutôt des protéines saines pour le cœur.

Pour éviter la diarrhée, buvez beaucoup d'eau, évitez les boissons caféinées, limitez votre consommation d'aliments frits et de gras et augmentez votre consommation de fibres.

Déshydratation :

Votre corps évacue l'excès d'azote à l'aide de liquides et d'eau. Cela peut vous laisser déshydraté, même si vous n'avez pas plus soif que d'habitude.

Une petite étude menée en 2002 auprès d'athlètes a révélé qu'à mesure que l'apport en protéines augmentait, les niveaux d'hydratation diminuaient. Cependant, une étude de 2006 a conclu que la consommation d'une plus grande quantité de protéines avait un impact minimal sur l'hydratation.

Ce risque ou cet effet peut être minimisé en augmentant votre consommation d'eau, surtout si vous êtes une personne active. Indépendamment de la consommation de protéines, il est toujours important de boire beaucoup d'eau tout au long de la journée.

Lésions rénales :

Bien qu'aucune étude majeure n'ait établi de lien entre un apport élevé en protéines et des lésions rénales chez les personnes en bonne santé, un excès de protéines peut causer des lésions chez les personnes atteintes d'une maladie rénale préexistante.

Ceci est dû à l'excès d'azote présent dans les acides aminés qui composent les protéines. Les reins endommagés doivent travailler plus fort pour se débarrasser de l'azote supplémentaire et des déchets du métabolisme des protéines.

Par ailleurs, une étude menée en 2012 s'est penchée sur les effets sur les reins d'une alimentation pauvre en glucides, riche en protéines par rapport à une alimentation pauvre en matières grasses.

L'étude a révélé que chez des adultes obèses en bonne santé, un régime à faible teneur en glucides et à haute teneur en protéines sur une période de deux ans n'était pas associé à des effets nocifs notables sur la filtration rénale, l'albuminurie ou l'équilibre hydrique et électrolytique comparativement à un régime faible en gras.

Augmentation du risque de cancer :

Des études ont montré que certains régimes riches en protéines, particulièrement riches en protéines à base de viande rouge, sont liés à un risque accru de divers problèmes de santé, dont le cancer. Manger plus de viande rouge et/ou de viande transformée est associé au cancer colorectal, au cancer du sein et au cancer de la prostate.

Inversement, la consommation de protéines provenant d'autres sources a été associée à une diminution du risque de cancer. Les scientifiques pensent que cela pourrait être dû, en partie, aux hormones, aux composés cancérigènes et aux graisses présentes dans la viande.

Maladies cardiaques :

Manger beaucoup de viande rouge et d'aliments laitiers gras dans le cadre d'un régime riche en protéines peut entraîner des maladies cardiaques. Cela pourrait être lié à un apport plus élevé en graisses saturées et en cholestérol.

Selon une étude de 2010, la consommation de grandes quantités de viande rouge et de produits laitiers à haute teneur en gras augmente le risque de maladies coronariennes chez les femmes. Manger de la volaille, du poisson et des noix réduisait le risque.

Une étude réalisée en 2018 a également montré que la consommation à long terme de viande rouge peut augmenter le N-oxyde de triméthylamine (TMAO), une substance chimique produite par l'intestin qui est liée aux maladies cardiaques. Les résultats ont également montré que la réduction ou l'élimination de la viande rouge diététique a inversé les effets.

Perte de calcium :

Les régimes riches en protéines et en viande peuvent entraîner une perte de calcium. Ceci est parfois associé à l'ostéoporose et à une mauvaise santé osseuse.

Un examen des études effectué en 2013 a révélé un lien entre les niveaux élevés de consommation de protéines et la mauvaise santé des os. Toutefois, une autre étude réalisée en 2013 a révélé que l'effet des protéines sur la santé des os n'est pas concluant. D'autres recherches sont nécessaires pour développer et conclure ces résultats.

Les protéines en poudre :

Les protéines en poudre apportent beaucoup d’éléments utiles à l’organisme.

Il faut néanmoins en consommer dans le cadre d’une alimentation saine et non en substitut de repas protéiné.

Si vous en prenez, n’oubliez pas de bien vous hydrater (pour assimiler correctement les protéines) et de faire du sport ! Car si vous en prenez sans en faire, vous ferez surement que du gras.

Donc les protéines ne sont pas nocives pour la santé, tant qu’elles sont prises dans des quantités raisonnables et dans le cadre d’une alimentation saine.

Néanmoins, attention aux personnes ayant des problèmes rénaux, évitez d’en prendre car vous n’assimilerez pas correctement les protéines et risquez d’aggraver vos problème.

Sources des différentes études :

  • Bad breath: Causes and tips for controlling it. (2012). ada.org/~/media/ADA/Publications/Files/for_the_dental_patient_sept_2012.ashx

  • Barnard ND, et al. (2004). Analysis of health problems associated with high-protein, high-fat, carbohydrate-restricted diets reported via an online registry. animalliberationfront.com/AR_Orgs/SANE/Vegan/HighProteinReport.pdf

  • Bernstein AM, et al. (2010). Major dietary protein sources and risk of coronary heart disease in women. DOI: 10.1161/CIRCULATIONAHA.109.915165

  • Cuenca-Sánchez M, et al. (2015). Controversies surrounding high-protein diet intake: Satiating effect and kidney and bone health. DOI: 10.3945/an.114.007716

  • Delimaris I. (2013). Adverse effects associated with protein intake above the recommended dietary allowance for adults. DOI: 10.5402/2013/126929

  • Dorfner M. (2017). Are you getting too much protein? newsnetwork.mayoclinic.org/discussion/are-you-getting-too-much-protein/

  • Durko L, et al. (2014). Lifestyle modifications and colorectal cancer. 10.1007/s11888-013-0203-4

  • Farvid MS, et al. (2018). Consumption of red and processed meat and breast cancer incidence: A systematic review and meta‐analysis of prospective studies. DOI: 10.1002/ijc.31848

  • Flescher M. (2003). Diarrhea and diet. badgut.org/information-centre/health-nutrition/diarrhea-and-diet/

  • Food and your bones — Osteoporosis nutrition guidelines. (n.d.). nof.org/patients/treatment/nutrition/

  • Friedman AN, et al. (2012). Comparative effects of low-carbohydrate high-protein versus low-fat diets on the kidney. DOI: 10.2215/CJN.11741111

  • Hernández-Alonso P, et al. (2016). High dietary protein intake is associated with an increased body weight and total death risk. DOI: 10.1016/j.clnu.2015.03.016

  • High protein diets cause dehydration, even in trained athletes. (2002). eurekalert.org/pub_releases/2002-04/foas-hpd041602.php

  • Martin WF, et al. (2005). Dietary protein intake and renal function. DOI: 10.1186/1743-7075-2-25

  • Martin WF, et al. (2006). Effects of dietary protein intake on indexes of hydration. DOI: 10.1016/j.jada.2006.01.011

  • Meat consumption and cancer risk. (n.d.). pcrm.org/health/cancer-resources/diet-cancer/facts/meat-consumption-and-cancer-risk

  • Pan A, et al. (2012). Red meat consumption and mortality: Results from 2 prospective cohort studies. DOI: 10.1001/archinternmed.2011.2287

  • Pedersen AN, et al. (2013). Health effects of protein intake in healthy adults: A systematic literature review. DOI: 10.3402/fnr.v57i0.21245

  • Protein: Power up with plant-based proteins. (n.d.). pcrm.org/good-nutrition/nutrition-information/protein

  • Q&A on the carcinogenicity of the consumption of red meat and processed meat. (2015). who.int/features/qa/cancer-red-meat/en/

  • The protein myth. (2018). pcrm.org/health/diets/vsk/vegetarian-starter-kit-protein

  • Wang Z, et al. (2018). DOI: Impact of chronic dietary red meat, white meat, or non-meat protein on trimethylamine N-oxide metabolism and renal excretion in healthy men and women.10.1093/eurheartj/ehy799

  • Wu G. (2016). Dietary protein intake and human health. DOI: 10.1039/C5FO01530H

  • Zeratsky K. (2018). Are high-protein diets safe for weight loss? mayoclinic.org/healthy-lifestyle/nutrition-and-healthy-eating/expert-answers/high-protein-diets/faq-20058207

Recent post

  • Google+ Long Shadow
  • Facebook Social Icon
  • YouTube Long Shadow

© 2015 IFBB TAHITI Mag  Fitness Network  Proudly created with www.ifbbtahiti-mag.com