Recent post

Je suis tout le temps fatigué !

 

“Je suis claqué, crevé, épuisé, lessivé. Ça doit être parce que je travaille trop. Ou c’est du mauvais temps, du manque de soleil, etc. C’est surement parce que j’ai besoin de vacances ! En même temps, les circulations, mon patron, mes gosses m’épuisent. ”

 

Vous vous reconnaissez dans ces mots ?  Rassurez-vous que toute ressemblance avec des événements réels ne serait pas que pure hasard !

 

En effet, la fatigue est surement la maladie du siècle qui est la moins compréhensible et explicable. Elle est d’ailleurs l’un des premiers signes qui doit alerter au sujet d’un épuisement professionnel, ou "burn-out", en cours de développement.

 

Le pire avec cette fatigue, c’est qu’elle est socialement mal vue, suscitant sarcasmes et reproches…vous voyez bien de quoi je parle ?

 

Dans cet article, je vais vous expliquer d’où vient (réellement) votre fatigue.

 

C’est normal d’être fatigué.

La fatigue est un mécanisme de défense naturel.

Se sentir fatigué après une bonne journée de travail, ou après avoir fait du sport, est tout à fait normal. Et c’est même gratifiant !

 

"Une bonne nuit de repos et c’est reparti pour un tour" !

 

 

*64% des français se réveillent fatigués et *67% considèrent leur travail comme fatiguant nerveusement.

 

La fatigue, c’est notre cerveau qui nous dit “bon, là maintenant il va falloir se calmer un peu mon p’ti !” et si nous n’écoutons pas, il intensifie le message. Et oui, c’est lui le patron !

 

D’après Tim Noakes, un chercheur sud-africain, notre cerveau mettrait en place un système de frein pour nous éviter des blessures, des accidents graves. Il précise que nos muscles, par exemple, pourraient travailler davantages, c’est-à-dire aller plus loin dans l’effort, seulement s’ils recoivent la “permission” du cerveau. Intéressant !

 

“Le cerveau est le gouverneur central” — Tim Noakes

 

La fatigue obéit à des règles très précises (dictées par le cerveau), tout comme l’ensemble de notre corps. Ces règles, nous les connaissons sous le nom de biorythme.

 

Inutile de faire tout un cours la dessus, retenez juste que 2 systèmes antagonistes régissent l’éveil et le sommeil et qu’ils sont biologiquement programmés pour s’activer à des horaires bien précis.

Ce que nous mangeons peu activer ou inhiber l’un ou l’autre.

 

"L’alimentation agit sur notre horloge interne" !

 

Prenons pour exemple le café. Il est connu pour donner un coup de fouet et empêcher de s’endormir. Ce n’est pas pour rien qu’il est toujours présent lors des séminaires d’entreprise, les événement les plus soporifiques au monde !

 

Au niveau du cerveau, le café sature les récepteurs des neurones sensibles à l’adénosine, la molécules qui favorisent le sommeil en s’accumulant au fur et à mesure de la journée.

Voilà pourquoi il est recommandé de ne pas boire trop de café, et surtout pas le soir, au risque de ne pas fermer l’œil de toute la nuit.

 

En résumé : c’est normal d’être fatigué après une journée bien remplie. C’est même un mécanisme de protection.

 

Ce n’est pas normal d’être tout le temps fatigué.

Si dès le réveil vous vous sentez déjà fatigué et éprouvez des difficultés à vous “désincarcérer” du lit, là c’est qu’il y a un problème. Mais ça vous le saviez déjà !

 

Ce n’est pas normal d’être tout le temps fatigué.

L’exemple du café a montré à quel point le cerveau est sensible à ce que nous mangeons, ou en l’occurrence à ce que nous buvons.

Le premier réflexe à adopter en cas de trouble inexplicable — comme l’est la fatigue après une bonne nuit de repos — serait d’aller voir du côté du cerveau.

 

"Si le gouverneur central est essouflé, comment pourra-t-il diriger convenablement le corps" ?

 

Un certain nombre de facteurs extérieurs permettent d’expliquer la fatigue :

 

- la pression au travail,

- les heures perdues dans les transports ou les embouteillages,

- les changements de saison,

- le besoin de vacances,

- etc...

 

Mais en fait, ils ne sont que des excuses pour tenter d’expliquer l’inexplicable. Bien sûr qu’ils ont un impact sur l’état de fatigue, mais ils n’en sont pas la cause, ils ne font que l’aggraver.

 

L’origine est à chercher dans votre assiette, ou plutôt dans ce qui ne s’y trouve pas.

 

Tout ce que vous mangez se retrouve dans le sang après un long traitement par le système digestif.

Votre cerveau est le premier des organes à se servir dans les nutriments disponibles (protéines, lipides, glucides, vitamines, minéraux et oligo-éléments). C’est pourquoi les autres organes du corps souffriront bien avant lui des carences alimentaires.

 

En résumé : une fatigue constante (et surtout après une bonne nuit de repos) est certainement symptomatique d’un cerveau carencé avant des répercussions sur l’ensemble du corps.

 

Vaincre la fatigue.

Pour nous faire démarrer le matin et nous permettre de tenir l’effort au cours de la journée, notre cerveau utilise les neurotransmetteurs (qui diffuse la tension électrique produite par les neurones) pour transmettre ses ordres dans tout le corps.

 

Si vous êtes capable de bouger, marcher courir ou encore pensée, imaginer, inventer, aimer c’est grâce à l’un des neurotransmetteurs : la dopamine.

 

La vie moderne stressante et notre façon de manger sont très préjudiciables à la synthèse de la dopamine. D’ailleurs, une étude avait montré que 86% des américains présenteraient des signes de carences *(je pense que ça doit pas être mieux en France, vu la consommation d’antidépresseur).

 

Comment savoir si je suis carencé en dopamine ?

Si vous répondez au moins 3 fois OUI aux 6 questions suivantes, c'est que vous êtes certainement carencé en dopamine.

 

- Vous sentez-vous moins motivé(e) en ce moment ?

- Vous sentez-vous plus fatigué(e) qu'avant ?

- Avez-vous des difficultés à vous concentrer ?

- Votre sommeil est-il moins reposant, insastifaisant ?

- Vous sentez-vous moins créatif(ve) ?

- Avez-vous tenadance à vous replier sur vous-même, à moins rechercher le contact avec les autres ?

 

Alors quel est votre score ?

Vu l’impact que la dopamine a sur notre corps et sur notre vie, le mieux serait d’en prendre soin, grâce à une "alimentation intelligente” pour éviter le pire ! Vous ne pensez pas ?

 

 

* Sources : - Opinion Matters pour Withings.

                    - Étude par Malakoff Méderic en 2016.

 

 

 

Jerry Yeung est disponible pour animer des séminaires sur la nutrition sportive, plus de renseignement prendre contact auprès de la rédaction : ifbbtahiti.mag@gmail.com

Please reload

Please reload